Archives de catégorie : Veille scientifique

Séminaire : “Le Moyen Âge de Max Weber. Proposition de réflexivité historique sur la genèse de la sociologie wébérienne”

Organisé par Alexis Fontbonne (CéSor, Université de Clermont Auvergne), avec la collaboration d’Isabelle Kalinowski / ENS (UMR 8547 – Pays germaniques)

ENS (Ulm), les vendredis 7 mai, 14 mai, 4 juin et 11 juin 2021, 10h-12h, sur Zoom

Argument

Pour Max Weber, le terme de sociologie historique relevait du pléonasme et l’ensemble de son œuvre s’inscrit dans un projet visant à expliciter le caractère particulier du destin de l’Europe occidentale à partir du XIIe siècle. Il ne suffit cependant pas, pour comprendre la place occupée par la référence à la période médiévale dans la sociologie wébérienne, de considérer le Moyen Âge comme un point de départ ou un objet d’étude. Les interventions de cette année visent à montrer que c’est dans une étude originale de la période médiévale – y compris lorsque les exemples sont apparemment pris à l’histoire antique – que la sociologie wébérienne se constitue comme discipline scientifique. Les notions sociologiques doivent donc être considérées comme le produit d’un travail fondé sur une connaissance historique donnée, ce qui implique que toute réactualisation de ce savoir doit se traduire par une interrogation des dites notions. La réflexivité médiévale appliquée à la sociologie wébérienne permet ainsi une étude de son système notionnel qui ne dérive ni vers la glose, ni vers la philosophie. Lors de ces quatre premières séances, nous essaierons de montrer le caractère positif de la réponse aux deux questions suivantes, indispensables à la poursuite de notre enquête : le Moyen Âge comme période historique joue-t-il un rôle central dans la sociologie historique de Max Weber et le système de notions développé par Max Weber est-il le produit de sa connaissance historique de la période médiévale ? Après une séance d’exposé méthodologique et visant à présenter la médiévistique au temps et dans la vie de Max Weber, les séances 2 et 3 seront consacrées à répondre directement à ces questions avant une séance consacrée à une autre forme de sociologie historique donnant un rôle clé à la période médiévale, celle de Norbert Elias.

Programme complet et liens de connexion

http://www.umr8547.ens.fr/spip.php?article722

Appel à communication: “Dominer la nature, naturaliser les dominations. Quelle est la nature de la nature ?”

Colloque “Jeunes chercheuses et chercheurs”, Campus Condorcet, 2-3 novembre 2021

Argumentaire :

La naturalisation d’un phénomène social est, dès l’Antiquité, une stratégie utilisée par certains groupes sociaux pour imposer des rapports de domination : c’est par exemple le cas de la réification des esclaves. Cependant, les éléments associés à la « nature », et la définition même de ce qu’est la « nature », changent selon les contextes et les configurations sociales. Nous souhaitons interroger ces usages des catégories « naturelles », ainsi que le double-sens du mot « nature » : elle est à la fois un espace opposé aux espaces culturels, et une identité perçue comme intrinsèque aux individus. Nous nous intéressons tout particulièrement aux liens qui sont parfois faits entre ces deux définitions dans un but de contrôle social, ainsi qu’à la remise en cause de ces phénomènes.

La naturalisation des dominations sociales est un phénomène connu, qui s’applique notamment dans le champ de la classe, du genre et de la race. En attribuant des caractéristiques physiques à la pauvreté, en identifiant le sexe avec le genre et en leur attribuant des caractéristiques sociales, ou en créant une division ethnique de la société autour de la race, de nombreux phénomènes de domination ont été rendus évidents en les biologisant. De la même manière, la constitution d’une identité collective pour un peuple (l’ethnogenèse et les récits des origines étudiés par Magali Coumert) a pu contribuer à rendre évidente, naturelle, l’organisation de nombreuses sociétés. Si ces phénomènes sont connus, leurs critiques et leurs remises en cause sont également d’un grand intérêt pour analyser leur construction.

Le mouvement inverse, mais complémentaire du premier, est celui de la domination de l’environnement, en créant une « nature » radicalement différente de la sphère humaine (la « culture »). Par cette différence, il est devenu concevable de s’extraire de la nature, et donc de pouvoir l’exploiter à des fins productives. Cette différence a été construite par des discours (Descartes qui fait l’homme « comme maître et possesseur de la nature »), mais aussi par des pratiques comme la cartographie, analysées en histoire ou en géographie. Ce « grand partage », remis en cause dès les travaux de Philippe Descola, puis par la crise écologique et les questionnements sur l’impact de l’humanité, a également été mis au service des catégories sociales dominantes.

C’est le croisement entre ces deux analyses (naturalisation des dominations sociales, domination naturalisée sur l’environnement) qui nous intéresse tout particulièrement. Sa remise en cause dans le champ scientifique, dans le sillage des questionnements politiques sur l’intersectionnalité des luttes à partir des années 1990, s’est d’abord porté sur la domination de l’Occident hors d’Europe lors de la colonisation, où la domination sur les corps a permis de justifier l’exploitation d’une nature construite comme vide, ce que montre bien Sylvia Federici. Cependant, de nombreux aspects de cette construction croisée restent à analyser, notamment la production de discours justificatifs, la construction du cadre juridique permettant cette domination, ou la concrétisation des rapports de force. On peut aller jusqu’à évoquer aussi des résistances à ces dominations, voire un retournement de la logique de naturalisation en faveur de l’émancipation des dominé.e.s : les écoféministes, tout en dénonçant la naturalisation ⋅ ⋅ des femmes par le patriarcat, cherchent à se réapproprier la nature et à construire une autre forme de rapport à elle. Il peut également être intéressant de s’intéresser à certaines figures jouant avec ces frontières (comme celle de François d’Assise, qui remet en cause tant la domination sociale de l’institution cléricale qu’humaine sur la nature), ou à des moments qui cristallisent ces conflits (l’esclavage, la crise des enclosures analysée par Thompson…).

Afin de donner plus d’ampleur à cette analyse croisée, nous voulons ouvrir ce colloque à des chercheuses et chercheurs de toutes les périodes historiques et de toutes les sciences humaines (notamment des géographes et des anthropologues). Les thèmes déjà évoqués offrent une base de propositions, mais nous sommes ouvert.e.s à toute communication qui aborderait ces problématiques générales sous un autre angle. Le choix de proposer ce colloque pendant les vacances scolaires est aussi une invitation à la participation de collègues en poste dans le secondaire, afin de diversifier les profils des participant.e.s et d’enrichir les discussions.

Afin de diversifier le type d’interventions et de permettre des discussions plus variées sur ce sujet, nous acceptons aussi bien des interventions classiques (20 minutes de prise de parole, 10 minutes de question), que des propositions d’ateliers plus personnalisés, pouvant être animés par un.e ou plusieurs doctorant.e.s, et prendre des formes variées (pour une durée de 30 minutes). La proposition de communication ou d’atelier devra faire une page maximum, et être envoyée avant le lundi 24 mai à l’adressecolloquenature@protonmail.com.

Les réponses seront données aux candidat-e-s fin juin et le colloque se tiendra au Campus Condorcet, Centre des Colloques, les 2 et 3 novembre 2021.

Comité d’organisation

Justine Audebrand (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP)

Jonas Matheron (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, SIRICE)

Hugo Vidon (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP)

Comité scientifique

Geneviève Bührer-Thierry, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Jean-Pierre Devroey, Université Libre de Bruxelles

Catherine Larrère, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Marylène Patou-Mathis, CNRS rattachée au Muséum National d’Histoire Naturelle

Lien vers l’appel : https://lamop.pantheonsorbonne.fr/actualite/dominer-nature-naturaliser-dominations

Parution

Détails techniques

Parution : Février 2021
Coll. : EHESS Poche
Volume : 2
ISBN EHESS : 978-2-7132-2864-3

Présentation de l’éditeur

C’est l’histoire d’un texte oublié. Absent de la traduction française de 1975, qui a rendu le livre mondialement célèbre, comme de l’édition anglaise, il se situe pourtant en son cœur, puisqu’il ouvre le deuxième tome de Sur le processus de civilisation (1939), la grande œuvre de Norbert Elias (1897-1991). Sa lecture permet d’éclairer la pensée du sociologue allemand sur la place du Moyen Âge dans la genèse de la civilisation européenne. Dans ces pages inédites en français, Elias développe l’idée d’un « grand » Moyen Âge, qui irait du XIIau XVIIIsiècle et se caractérisait par une institution, la cour. Ce texte est également un témoignage très précieux sur les méthodes de travail d’Elias et sur l’histoire des sciences sociales. Comment un intellectuel allemand, formé dans les années 1910-1920 à la psychologie, la philosophie et la sociologie, aborde-t-il le Moyen Âge, à partir de quels outils, et de quelles sources ? Cette édition est précédée d’une présentation qui remet en perspective le texte d’Elias et revient sur la manière dont cette œuvre produit une rencontre particulièrement féconde entre sociologie et histoire. 

Sommaire

Présentation d’Étienne Anheim. Le Moyen Âge oublié de Norbert Elias 
Le procès de civilisation. Troisième chapitre : sociogenèse de la civilisation occidentale 
Panorama de la société de cour
Bref aperçu relatif à la sociogenèse de l’absolutisme
Sur le mécanisme d’évolution de la société au Moyen Âge
Première partie. Mécanismes de la féodalisation 
Notes

Parution

Détails techniques

Parution : 27/08/2020
ISBN : 9782348042140
Nb de pages : 736
Dimensions : 154 * 240 mm
ISBN numérique : 9782348059179

 

Présentation de l’éditeur

Il est courant de déplorer le déclin de la souveraineté de l’État-nation, qui semble devoir être aujourd’hui supplantée par la puissance du capital mondial. Restaurer la verticalité de l’État et son autorité serait ainsi la seule voie pour contester le globalisme néolibéral. C’est contre cette illusion, encore trop répandue à gauche, que Pierre Dardot et Christian Laval ont entamé ce long parcours dans l’histoire complexe et singulière de l’État occidental moderne, depuis sa naissance à partir du modèle de l’Église médiévale jusqu’à son rôle actuel d’État-stratège dans la concurrence mondiale.
Comprendre les aléas et les détours de cette construction, c’est mettre à nu les ressorts d’une domination sur la société et sur chacun de ses membres qui est fondamentalement de l’ordre de la croyance : les « mystères de l’État », le culte de sa continuité qui oblige ses représentants par-delà leur succession, la sacralité dont ces derniers aiment à s’entourer dans l’exercice de leurs fonctions, autant d’éléments qui ont pu changer de forme, mais qui demeurent au principe de sa puissance. En retraçant cette généalogie, il s’agit pour les auteurs de montrer que l’on ne peut répondre aux défis de la mondialisation capitaliste et du changement climatique sans remettre en cause cet héritage. Car l’invocation de la souveraineté « nationale » est devenue l’alibi de l’inaction climatique et de la perpétration des écocides.
Pour affronter ces enjeux globaux, il est indispensable de s’attaquer àun tel régime d’irresponsabilité politique qui dispense les gouvernants de rendre des comptes aux citoyens. C’est dire qu’il faut ouvrir la voie à un au-delà de la souveraineté étatique.