Archives de catégorie : Annonces

Soutenance d’Habilitation à diriger des recherches de M. Alain Provost

M. Alain Provost a soutenu le 16 décembre 2021 son Habilitation à diriger des recherches devant l’Université d’Artois.

Il a présenté un dossier intitulé :

Les mots et le monde autour de 1300 : du royaume de Philippe Le Bel à l’empire de Kubilaï Kahn

devant un jury composé de :

  • Monsieur Marc SUTTOR – Professeur, Universite d’Artois (Garant)
  • Madame Élisabeth CROUZET-PAVAN – Professeure émérite, Sorbonne Université.
  • Madame Isabelle GUYOT-BACHY – Professeur, Universite de Lorraine.
  • Monsieur Jacques CHIFFOLEAU – Professeur émérite, École des Hautes Études en Sciences Sociales.
  • Monsieur Xavier HELARY – Professeur, Universite Jean Moulin Lyon 3.
  • Monsieur Pierre SCHNEIDER – Professeur, Universite d’Artois.
Présentation :

Le dossier est constitué d’un memoire de synthèse, d’un recueil d’articles, d’un memoire inédit et d’un ouvrage publie. Ces travaux portent d’une part sur le royaume de France a la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle (notamment sur les archives des comtes d’Artois), et d’autre part sur le Devisement du monde de Marco Polo. L’ouvrage publié, Domus Diaboli. Un évêque en procès au temps de Philippe le Bel (Paris, Belin, 2010), traite du procès de l’évêque Guichard de Troyes (1308-1314), accusé notamment d’avoir accompli des maléfices ayant entrainé Ia mort de la reine Jeanne de Navarre, épouse de Philippe le Bel. Ces accusations ont donné lieu a une enquête de grande ampleur. L’étude du procès, fondée sur l’analyse des accusations et des dépositions des témoins, a confirmé que, parallèlement au procès des templiers, celui de l’évêque de Troyes a été un instrument de gouvernement contribuant a renforcer l’obéissance à l’autorité monarchique. Le mémoire inédit, intitulé Par universe monde. Lectures de Marco Polo, est un essai portant sur le Iivre du voyageur vénitien, qui a pour objet l’analyse des catégories par lesquelles celui-ci décrit le monde qu’iI a parcouru pendant un quart de siècle, et particulièrement Ia Chine gouvernée par Kubilaï Khan. L’analyse a porté en particulier sur les modalités du gouvernement impérial telles que les décrit Marco Polo, dont le propos, de manière générale, n’est pas fondé sur un partage binaire entre « eux » et « nous », et met en œuvre une « rhétorique de la différence » plutôt qu’une « rhétorique de l’altérité ».

Naissance du carnet de recherche «Dominatio»

Ce carnet de recherche est conçu comme un prolongement éditorial du programme de recherche « Domination : formes et modalités de la gouvernementalité médiévale », porté par les historiens médiévistes du CREHS (Centre de Recherche et d’Études – Histoire et Sociétés / UR 4027) de l’Université d’Artois, en partenariat avec l’Institut Franco-allemand des sciences historiques et sociales (IFRA-SHS / Francfort-sur-le-Main) et le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris (UMR 8589 / Université Paris 1 – CNRS).Ce programme se propose d’analyser les formes et les modalités de la construction du pouvoir au Moyen Âge, au prisme d’une relecture des observations théoriques de Max Weber (1864-1920).

Les réflexions du sociologue allemand sur les ressorts de la domination (Herrschafftsbetrieb) ont animé de longue date les travaux des sociologues, politistes et historiens des pouvoirs, Max Weber définissant l’État comme un « groupement de domination » (Herrschaftsverband). Toutefois, ces réflexions ne furent longtemps diffusées que par le biais d’éditions posthumes incomplètes – Wirtschaft und Gesellschaft (cinq éditions entre 1921 et 1974) – et, auprès du lectorat français, de traductions partielles – Économie et société (1955) et Le savant et le politique (1959) –, livrant un état incomplet de l’architecture heuristique élaborée par Max Weber. Ce déficit a été récemment souligné et corrigé par la publication, suivie d’une traduction française sous l’égide d’Isabelle Kalinowski et Yves Sintomer, des manuscrits originaux consacrés à la domination (Max Weber, La domination, trad. et éd. I. Kalinowski et Y. Sintomer, Paris, La Découverte, 2013). Cette nouvelle édition vient notamment compléter la casuistique wébérienne des régimes de domination, en ajoutant au côté des formes bien connues de dominations « bureaucratique » (ou « légale-rationnelle »), « patrimoniale » et « charismatique », une « quatrième voie » baptisée par le sociologue « domination féodale ». Max Weber livre à travers elle une analyse des structures féodales – recourant parfois au comparatisme entre l’Occident et l’Orient – qu’il présente comme un « cas-limite », une forme hybride de domination au sein de laquelle les logiques propres aux trois régimes de domination précédemment évoqués s’entremêlent. Ce faisant, Max Weber fait de la société féodale un laboratoire, tout autant qu’une matrice, de la modernité politique et des logiques de domination qu’elle déploie, et invite à rendre à la période médiévale toute sa place dans l’explication de la « voie particulière » (Sonderweg) de l’Europe moderne. Interpelés au premier chef par cet état renouvelé de la sociologie politique wébérienne, les médiévistes sont appelés à pleinement se saisir des clefs interprétatives fournies par cette récente révision.


Dans le cadre de ce programme de recherche, il s’agira ainsi d’examiner les ressorts et l’articulation des modes de domination au Moyen Âge, autour des trois axes de réflexion suggérés par le sociologue : la « domination patrimoniale », les stratégies lignagères et les conflits territoriaux qui en résultent (A. Bayard, L. Leleu, M. Suttor) ; la « domination charismatique » et les modalités de production d’une croyance politique (A. Bayard, A. Destemberg, L. Leleu, A. Provost) ; la « domination légale-rationnelle » et la formation des outils légaux et intellectuels de la domination (A. Destemberg, A. Provost). Ce programme s’inscrit ainsi dans une forme renouvelée de l’historiographie de la « gouvernementalité » dans les sociétés médiévales, attentive aux stratégies de régulation sociale, aux conflits, aux pratiques informelles de la domination, à l’énonciation de la norme, aux constructions sémantiques et aux logiques classificatoires du pouvoir. Interdisciplinaire et international, il a pour objectif de réunir historiens, sociologues, anthropologues, politistes, juristes, littéraires et historiens de l’art, autour d’une lecture commune des propositions de la sociologie politique wébérienne, mises à l’épreuve d’une pragmatique du pouvoir observable dans les sociétés médiévales. Faisant siennes les propositions de Michel Foucault invitant, par l’usage du terme « gouvernementalité », à observer les technologies du pouvoir prétendant à l’élaboration d’une forme de rationalité politique, le projet « Domination » se montre attentif aux stratégies de persuasion et à la performativité des constructions argumentatives du pouvoir.


Ce carnet de recherche se propose d’être le reflet éditorial d’un programme de recherche qui se conçoit comme un work in progress, permettant d’élaborer une réflexion collective, interdisciplinaire et comparative, et de constituer une synergie de chercheurs à l’échelle nationale et internationale : il proposera ainsi des annonces, comptes rendus ou enregistrements de séminaires et journées d’études, une veille scientifique et éditoriale et une présentation des travaux des chercheurs de ce groupe. Il constitue le premier volet d’une activité éditoriale, dont le second volet sera, à terme, la mise en forme et la publication d’un ouvrage collectif consacré aux formes de la domination médiévale.