Tous les articles par Antoine Destemberg

Séance du 28 mars 2024

La domination seigneuriale est-elle profane? Réflexions à partir du cas de la
Haute-Allemagne à la fin du Moyen Âge

Invité : Joseph Morsel (Professeur émérite d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

À la demande de l’intervenant, la captation vidéo de cette séance ne sera pas rendue publique. Merci de votre compréhension.

Bibliographie :

Morsel (Joseph), La Noblesse contre le prince : l’espace social des Thüngen à la fin du Moyen Âge: (Franconie, v. 1250-1525), Stuttgart, J. Thorbecke, 2000.

Morsel (Joseph), L’Aristocratie médiévale. La domination sociale en Occident (Ve-XVe siècle), Paris, Armand Colin, 2004.

Morsel (Joseph), L’Histoire (du Moyen Âge) est un sport de combat… Réflexions sur les finalités de l’Histoire du Moyen Âge destinées à une société dans laquelle même les étudiants d’histoire s’interrogent, avec la collaboration de Christine Ducourtieux, LAMOP – Paris 1, 2007. <https://shs.hal.science/halshs-00290183v2>

Morsel (Joseph), « Traces ? Quelles traces ? Réflexions pour une histoire non passéiste », Revue Historique, 680 (2016), p. 813-868. <https://doi.org/10.3917/rhis.164.0813>

Morsel (Joseph), Noblesse, parenté et reproduction sociale à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, 2017.

Morsel (Joseph) dir., Communautés d’habitants au Moyen Âge, XIe-XVe siècles, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018. <https://doi.org/10.4000/books.psorbonne.53888>

Morsel (Joseph), « L’ecclesia, institution dominante du féodalisme : retour sur des malentendus», Retour à l’horizon: l’historiographie du féodalisme, dans L’Atelier du Centre de recherches historiques, 27 (2023) : < https://doi.org/10.4000/acrh.27865>

Séance du 14 mars 2024

Figures du désordre : les comportements déréglés selon les auteurs chrétiens, de l’Antiquité tardive au début du
XIVe siècle

Invité : Bruno Lemesle (Professeur émérite d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Bourgogne)

Bibliographie :

Lemesle (Bruno), La société aristocratique dans le Haut-Maine (XIe-XIIe siècle), Rennes, PUR, 1999.

Lemesle (Bruno) dir., La preuve en justice de l’Antiquité à nos jours, Rennes, PUR, 2003.

Lemesle (Bruno), Conflits et justice au Moyen Âge. Normes, loi et résolution des conflits en Anjou aux XIe-XIIe siècles, Paris, Puf, 2008.

Lemesle (Bruno) et Nassiet (Michel) dir., Valeurs et justice. Écarts et proximités entre société et monde judiciaire du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2011.

Lemesle (Bruno), Le gouvernement des évêques. La charge pastorale au milieu du Moyen Âge. Rennes, PUR, 2015.

Lemesle (Bruno), Procès en récit. Formes et perception de procès avant l’an mil (IXe – Xe siècles), Paris, Classiques Garnier, 2021.

Lemesle (Bruno), Dérèglement et politique des corps au Moyen Âge. Les corps désordonnés, Paris, Classiques Garnier, 2023.

Séance du 22 février 2024

Les formes de la domination symbolique

Invitée : Gisèle Sapiro (Directrice de recherche en sociologie au CNRS et à l’EHESS)

Bibliographie

Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

Heilbron (Johan), Lenoir (Rémi) et Sapiro (Gisèle) dir., Pour une histoire de sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004.

Pinto (Louis), Sapiro (Gisèle) et Champagne (Patrick) dir., Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004.

Sapiro (Gisèle) dir., Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éd., 2008.

Sapiro (Gisèle) dir., L’Espace intellectuel en Europe, Paris, La Découverte, 2009.

Sapiro (Gisèle) dir., Les Contradictions de la globalisation éditoriale (dir.), Paris, Nouveau Monde, 2009.

Sapiro (Gisèle), La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France, XIXe-XXIe siècle, Paris, Seuil, 2011 (rééd. partielle Des mots qui tuent. La responsabilité de l’intellectuel en temps de crise, 1944-1953, Paris, Seuil, 2020).

Sapiro (Gisèle), La Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, 2014.

Sapiro (Gisèle), Les Écrivains et la politique en France, Paris, Seuil, 2018.

Sapiro (Gisèle), Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ?, Paris, Seuil, 2020.

Sapiro (Gisèle) dir., Dictionnaire international Bourdieu, Paris, CNRS Éd., 2020.

Séance du 9 novembre 2023

La domination domestique à la fin du Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) : genre, génération et sexualité

Invité : Didier Lett (Professeur émérite d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris Cité)

Bibliographie

Alexandre-Bidon (Danielle) et Lett (Didier), Les Enfants au Moyen Âge (Ve-XVe siècle), Paris, Hachette, coll. Vie Quotidienne, 1997.

Lett (Didier), L’enfant des miracles. Enfances et société au Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècle), Paris, Aubier, 1997.

Lett (Didier), Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale. Nicolas de Tolentino, 1325, Paris, Puf, coll. Le nœud gordien, 2008.

Lett (Didier), Hommes et femmes au Moyen Âge. Histoire du genre (XIIe-XVe siècle), Paris, Armand Colin, 2013 (rééd. complétée 2023). <https://doi.org/10.3917/arco.lett.2023.01>

Lett (Didier) dir., Statuts, écritures et pratiques sociales, 4 vol., Paris, Éditions de La Sorbonne, 2017-2020.

Lett (Didier), Viols d’enfants au Moyen Âge. Genre et pédocriminalité à Bologne (XIVe-XVe siècle), Paris, Puf, 2021.

Parution

Détails

Pages : 292
Année : 2023
ISBN
(PDF): 9782875748355ISBN
(ePUB): 9782875748362ISBN (Broché): 9782875748348
DOI : 10.3726/b21203
Langue : Français
Published : Bruxelles, Berlin, Bern, New York, Oxford, Warszawa, Wien, 2023. 292 p., 11 ill. n/b.

Site de l’éditeur : https://www.peterlang.com/document/1318346#

Résumé

Cet ouvrage résume un itinéraire scientifique fondé sur une thématique originale, l’évolution d’une vallée et des villes riveraines de la Meuse en partant de l’étude du fleuve. Celle-ci repose sur des échelles spatiales et chronologiques à la mesure de la nature, le temps long et de larges espaces. Elle s’appuie sur les données de l’archéologie et de la géographie, afin d’envisager tous les sujets qui touchent à la rivière : le cours d’eau lui-même, les bateaux, les techniques de navigation, les « infrastructures fluviales ». 
Ces analyses enrichissent des problématiques plus vastes les pouvoirs, des questions relatives à l’économie ou à la vie sociale. Cet autre regard, sans cloisonnements, cette grande diversité de thématiques s’éclairant l’une l’autre se nomme aujourd’hui « Histoire connectée ». Cela a encouragé l’auteur à élargir l’espace envisagé à l’ensemble des cours d’eau entre les Pyrénées et le Rhin. L’intérêt d’une telle étude réside en effet dans les comparaisons ainsi permises.

Parution

Détails techniques

Parution : 24/08/2023

ISBN : 9782348077616
Nb de pages : 972
Dimensions : 17.0 * 24.0 cm
ISBN numérique : 9782348077722

Site de l’éditeur : https://www.editionsladecouverte.fr/les_structures_fondamentales_des_societes_humaines-9782348077616

Présentation par l’éditeur

Et si les sociétés humaines étaient structurées par quelques grandes propriétés de l’espèce et gouvernées par des lois générales ? Et si leurs trajectoires historiques pouvaient mieux se comprendre en les réinscrivant dans une longue histoire évolutive ?
En comparant les sociétés humaines à d’autres sociétés animales et en dégageant les propriétés centrales de l’espèce, parmi lesquelles figurent en bonne place la longue et totale dépendance de l’enfant humain à l’égard des adultes et la partition sexuée, ce sont quelques grandes énigmes anthropologiques qui se résolvent. Pourquoi les sociétés humaines, à la différence des sociétés animales non humaines, ont-elles une histoire et une capacité d’accumulation culturelle ? Pourquoi la division du travail, les faits de domination, et notamment ceux de domination masculine, ou les phénomènes magico-religieux se manifestent-ils dans toutes les sociétés humaines connues ? Pourquoi l’ethnocentrisme est-il si universel et pourquoi des conflits opposent-ils régulièrement des groupes qui s’excluent mutuellement ? C’est à ces questions cruciales que cherche à répondre Bernard Lahire en formulant, pour les sciences sociales, un paradigme unificateur fondé sur une synthèse des connaissances essentielles relatives à la vie sociale humaine et non humaine accumulées dans des domaines du savoir aussi différents que la biologie évolutive, l’éthologie et l’écologie comportementale, la paléoanthropologie, la préhistoire, l’anthropologie, l’histoire et la sociologie.
Le pari de ce livre est que seul cet effort d’intégration permet de comprendre la trajectoire des sociétés humaines par-delà leur diversité et d’augmenter la maîtrise qu’elles peuvent avoir de leur destin incertain.

Table des matières

Remerciements
Préambule
 
Introduction générale. L’oubli du réel 
Construire un cadre général unificateur et intégrateur 
L’expérience Bourbaki 
Contre-pente 
Que sont des variations sans invariants ? 
Les comparaisons inter-espèces et inter-sociétés comme leviers de compréhension 
Articuler biologie évolutive et sciences sociales 
1) Une partie de la biologie est une sociologie qui s’ignore. 2) La culture prend sens dans une longue histoire évolutive et a donc une origine biologique. 3) Le culturel contribue à transformer le biologique. 4) Le biologique contribue à structurer le social 
La thèse centrale de l’ouvrage 
Grands faits anthropologiques, lignes de force et lois générales 
Écriture et plan de l’ouvrage 
Première partie
Des sciences sociales et des lois
 
1. Guide de survie scientifique : remarques sur les conditions de la créativité scientifique 
Le temps retrouvé et les forces de dispersion 
Temps, audace et ambition 
Audace, persévérance et naïveté 
Surmonter sa peur 
2. Lutter contre le relativisme et l’excès de nominalisme 
Misère du relativisme et progrès dans les sciences sociales 
Relativisme et pluralité théorique irréductible 
Impossibilité d’une synthèse intégratrice ? 
Sisyphe sociologue ? La cumulativité en question 
Spécialisation et réduction des ambitions 
Consilience, synthèse et lois 
≪ Seconde main ≫, synthèse et méta-analyse 
Conclusion 
3. Des sciences pas comme les autres ? 
Les sciences de la vie et de la matière sont-elles expérimentales ? 
Les concepts sociologiques sont-ils si spécifiques ? 
Les faits sociaux sont-ils si singuliers et uniques ? 
La réalité sociale est-elle plus complexe que la réalité matérielle ? 
Les différences culturelles sont-elles constitutives de la réalité sociale ? 
Une loi générale de l’impossibilité de lois générales dans les sciences sociales ? 
4. Lois, principes, invariants 
Lois physiques et biologiques 
Des principes et des lois 
Des chercheurs en sciences sociales sans foi ni lois 
Des sociétés sans lois ? 
5. Des essais de lois en sciences sociales 
Les débuts de la science sociale 
Auguste Comte. Karl Marx. Guillaume De Greef. Gabriel Tarde. Émile Durkheim. Gaston Richard. Max Weber 
Du côté de l’histoire 
Paul Lacombe et l’histoire-science. Passer très près des lois : Marc Bloch. Invariants : Paul Veyne. Big history, Deep history 
Du côté de l’anthropologie 
Lois : Radcliffe-Brown. Lois, invariants et butoirs pour la pensée : Claude Lévi-Strauss et Françoise Héritier. Les fondamentaux de Maurice Godelier. Lois : Alain Testart 
Du côté de la sociologie 
Pierre Bourdieu : lois, invariants et universalité 
À la recherche des universaux ? 
6. Convergences anatomiques, comportementales, sociales et culturelles 
Meta-loi Conway Morris de la convergence 
Convergences évolutives : de l’anatomie au comportement 
Convergences culturelles 
Convergences des Néandertaliens et des Sapiens. Convergences au sein des sociétés d’Homo sapiens 
Conclusion : convergences culturelles autour du soin au petit enfant 
Deuxième partie
Ce que les sociétés humaines doivent à la longue histoire du vivant
 
7. Un levier : la comparaison inter-espèces 
De l’intelligence végétale a l’intelligence animale 
Alfred Espinas et l’erreur historique d’aiguillage de la science sociale 
Les prémices en question : entre anthropomorphisme et anthropocentrisme 
La théologie de la création culturelle de l’homme par l’homme 
8. Raccorder biologie et science sociale 
Durkheim et la rupture avec la biologie 
Le biologique dans ses conséquences sociales 
Continuité évolutive des sociétés de primates non humains aux sociétés humaines 
L’homme et la page blanche 
Version enrichie de la biologie et corrélats sociaux 
Raccordement de la biologie et des sciences sociales et réalisme épistémologique 
Construction de niche et coévolution gène-culture 
9. Les fondements universels des sociétés humaines 
L’existence d’une structure sociale humaine profonde 
Une socialité spécifiquement humaine 
Les coordonnées du système social humain et les bases invariantes des variations 
10. Grands faits anthropologiques, lignes de force et lois générales 
Les grands faits anthropologiques 
Méta-fait de l’interdépendance des organismes vivants : AFait de l’altricialité secondaire (Adolf Portmann) – B. Fait de la séparation des deux sexes – C. Fait de la socialité de l’espèce humaine – D. Fait de l’historicité de l’espèce humaine – E. Fait de la grande longévité de l’espèce humaine 
Lignes de force 
1. Ligne de force des modes de production – 2. Ligne de force des rapports de parente, et notamment des rapports parents-enfants – 3. Ligne de force des rapports hommes-femmes – 4. Ligne de force de la socialisation/transmission culturelle – 5. Ligne de force de la production d’artefacts (ou de construction de niches) – 6. Ligne de force de l’expressivité symbolique – 7. Ligne de force des rites et institutions – 8. Ligne de force des rapports de domination – 9. Ligne de force du magico-religieux – 10. Ligne de force de la différenciation sociale des fonctions (ou de la division sociale du travail) 
Lois générales 
a. Loi (biologique et sociale) de la conservation-reproduction-extension – b. Loi du décalage ou de l’écart entre le ≪ transmetteur ≫ d’un capital culturel et le ≪ récepteur ≫, ou entre disposition et contexte d’action ou de réception – c. Loi d’accroissement démographique tendanciel – d. Loi de différenciation tendancielle – e. Loi de la succession hiérarchisée ou de la prévalence de l’antérieur sur le postérieur – f. Loi Marx (1) de l’objectivation cumulée (ou de construction de niches durables et transformables) – g. Loi de la connexion-combinaison-synthèse de différents produits objectivés ou incorporés – h. Loi de la conventionnalisation et de l’abstraction progressive des moyens de représentation du réel – i. Loi Tarde de l’imitation – j. Loi de la variabilité intergroupe, interindividuelle et intra-individuelle des conduites humaines – k. Loi Marx (2) de la lutte entre groupes ou individus, Lois Alexander Bain du fonctionnement de l’esprit et de l’action humaine – l. Loi de la prévalence de la binarité des catégories (ou loi Alexander Bain de l’association par contraste) – m. Loi Alexander Bain de l’association par contiguïté – n. Loi Alexander Bain de l’association analogique – o. Loi du rapport eux/nous et de la préférence donnée au ≪ nous ≫ ou loi de l’attraction des semblables – p. Loi Westermarck de l’attraction sexuelle des physiquement distants – q. Loi de l’isomorphisme des domaines 
Combinaison des lois, entrecroisement des lignes de force et faits singuliers 
Troisième partie
De la structuration des sociétés humaines
 
11. Socialisation-apprentissage-transmission 
Déprivation sociale chez l’animal : représentant d’une espèce ou membre d’une société ? 
Unicellulaires et végétaux 
Vers, fourmis, abeilles, oiseaux, mammifères 
Chez les humains 
12. Le social dans tous ses états : des bactéries à Homo sapiens 
Mutualisme, commensalisme, parasitisme 
Des amibes et des bactéries 
Des plantes 
La vie sociale des animaux non humains 
Des insectes eusociaux et des hommes 
De l’accouchement solitaire à l’accouchement socialise 
L’importance de la reproduction communautaire 
Un être d’interaction : action conjointe, attention conjointe 
13. Capacité langagière-symbolique, déplacement et fiction 
Critique de l’idéalisme logocentrique 
Capacité de déplacement et rapport au réel 
La communication hors langage humain 
L’origine gestuelle du langage 
Langage et artefact 
14. Puissances des artefacts, cumulativité culturelle et histoire 
Artefacts, extension de soi et puissance 
L’animal non humain et l’outil 
L’animal humain et l’artefact 
Histoire cumulative 
Un processus lent puis en croissance exponentielle 
15. Altricialité secondaire : vulnérabilité et dépendance de l’enfant humain 
La reconnaissance d’une situation singulière : néoténie et prématurité sociale 
Altricialité secondaire de l’espèce humaine : Adolf Portmann 
Stratégie K versus stratégie r 
Altricialité et dépendance 
Toute-puissance parentale et sentiment de toute-puissance infantile 
La perception culturelle de la vulnérabilité 
Critique de la domination parentale 
Verticalisation de la structure sociale : le haut et le bas, les grands et les petits 
Propositions générales sur les conséquences de l’altricialité secondaire 
16. Dominer par l’antériorité 
Respect et imitation des aînés chez les animaux non humains 
Respect des anciens, expérience et savoir dans les sociétés humaines 
Les aînés et les cadets 
L’Afrique lignagère et la sortie de la logique gérontocratique 
Le cas des cités-États (Grèce et Rome) 
Le cas de la Chine classique 
Le cas de la société féodale 
17. Les formes de la domination 
Dominations chez les non-humains 
Domestication animale, domination des hommes 
Les sociétés humaines 
Les morts d’accompagnement, les dépendants, l’État 
Remarques conclusives sur les conditions d’émergence de l’État 
18. Magico-religieux et dépendance-domination 
Le chien de Darwin et le sentiment de dépendance 
Le sacré, la puissance 
Le rapport à la mort et aux difficultés de la vie 
Le rapport parent-enfant, le sacré et la disposition humaine à la dépendance 
19. Partition sexuée et domination masculine 
Sexe et soins parentaux 
L’association des femmes au pôle de dépendance : la dyade mère-enfant et la femme-enfant 
La femme, enfant ou cadette 
L’écoulement du sang et la vulnérabilité 
Le déni du biologique et de ses conséquences sociales 
La domination sexuée : entre social sans culture et social culturalisé 
La domination des males sur les femelles 
La domination masculine à travers l’histoire 
Les limites du possible 
20. Famille, parenté, société 
Les formes de famille non humaines 
La famille comme matrice fondamentale 
De la famille à la grande famille 
21. Eux/nous : ethnocentrisme, racismes 
Théorie de la sélection de parentèle 
Ethnocentrisme dans les sociétés humaines 
Mépris ou haine de l’autre 
Le cas Winston Parva 
Les fondements de la guerre : des chimpanzés et des hommes 
Les cas de violence maîtrisée 
22. De la division du travail 
Différenciation par âge et par sexe dans les premières sociétés humaines 
Les trois fonctions de Dumézil et au-delà 
Des sociétés hautement différenciées 
Macrosociétés et division du travail chez les insectes eusociaux et les humains 
Conclusion générale. Vers une science sociale 
Réflexions sur un bilan scientifique personnel 
Un livre en forme de carte 
L’évolution, l’histoire 
Pensée des invariants, pensée conservatrice 
Post-scriptum. La convergence des formules biologique, psychologique et sociologique 
Une formule biologique 
Une formule sociologique 
Une formule psychologique 
Bibliographie. 

Séance du 5 octobre 2023

Langage et écritures de la domination économique au Moyen Âge

Invité : Clément Lenoble (Chargé de recherches au CNRS/EHESS)

À la demande de l’intervenant, la captation vidéo de cette séance ne sera pas rendue publique. Merci de votre compréhension.

Bibliographie :

Lenoble (Clément), L’exercice de la pauvreté. Économie et religion chez les franciscains d’Avignon (XIIIe-XVe siècle), Rennes, PUR, 2013. <https://pur-editions.fr/product/6115/l-exercice-de-la-pauvrete>

Lenoble (Clément), “Monnaie, valeur et citoyenneté chez Olivi et Eiximenis : ‘Moralisation de l’économie’ ou ‘économie politique’ ?”, Médiévales, 68 (2015), p. 161-180. <https://doi.org/10.4000/medievales.7500>

Lenoble (Clément) et Toneatto (Valentina), “Les ‘lexiques médiévaux de la pensées économique’ : une histoire des mots du marché comme processus de domination et d’exclusion”, Annales HSS, 74/1 (2019), p. 25-41. <https://doi.org/10.1017/ahss.2019.138>

Lenoble (Clément), “Avant l’ascèse intramondaine. Comptabilités ecclésiastiques, gouvernement et rationalité économique (XIIIe-XVe siècle), Archives de Sciences Sociales des religions, 195 (2021), p. 51-81. <https://doi.org/10.4000/assr.59452>

Séminaire – Programme 2023-2024

« Dominatio : formes et modalités de la gouvernementalité médiévale »

Université d’Artois – 7 rue du Temple 62000 Arras
 
Les jeudis de 14h30 à 16h30
 
Diffusion simultanée sur Zoom : https://univ-artois-fr.zoom.us/j/99965068371
(ID de réunion : 999 6506 8371)

05 octobre 2023 (Bât. I – Maison de la Recherche, salle des colloques) : Clément Lenoble (CNRS/EHESS), « Langages et écritures de la domination économique au Moyen Âge »

09 novembre 2023 (Bât. I – Maison de la Recherche, salle I.1.01) : Didier Lett (Université Paris-Cité), « La domination domestique à la fin du Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) : genre, génération et sexualité »

22 février 2024 (Bât. I – Maison de la Recherche, salle des colloques) : Gisèle Sapiro (EHESS/CNRS), « Les formes de la domination symbolique »

14 mars 2024 (Bât. I – Maison de la Recherche, salle I.1.01) : Bruno Lemesle (Université de Bourgogne), « Figures du désordre : les comportements déréglés selon les auteurs chrétiens, de l’Antiquité tardive au début du XIVe siècle »

28 mars 2024 (Bât. I – Maison de la Recherche, salle I.1.01) : Joseph Morsel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « La domination seigneuriale est-elle profane ? Réflexions à partir du cas de la Haute-Allemagne à la fin du Moyen Âge »

Renseignements : antoine.destemberg@univ-artois.fr

Les séances de ce séminaire donneront lieu à un enregistrement, rendu disponible sur le carnet de recherche « Dominatio » (https://dominatio.hypotheses.org) et sur Artois TV .

Séance du 9 mars 2023

La domination dans la théorie d’Ibn Khaldoun

Invité : Gabriel Martinez-Gros (Professeur émérite d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris Nanterre)

Bibliographie :

Ibn Khaldûn, Discours sur l’Histoire universelle. Al-Muqaddima, trad. et éd. Vincent Monteil, Beyrouth, Commission libanaise pour la traduction des chefs-d’œuvre, 1967-1968 (rééd. Arles, Sindbad/Actes Sud, 1997).

Ibn Khaldûn, Le Livre des exemples, trad. et éd. Abdesselam Cheddadi, Paris, Gallimard, coll. “La Pléiade”, 2 vol., 2002-2012.

Martinez-Gros (Gabriel), L’Idéologie omeyyade. La construction de la légitimité du Califat de Cordoue (Xe-XIe siècle), Madrid, Casa de Velazquez, 1992.

Martinez-Gros (Gabriel), Ibn Khaldûn et les sept vies de l’Islam, Arles, Sindbad/Actes Sud, 2007.

Martinez-Gros (Gabriel), Brève Histoire des empires. Comment ils surgissent, comment ils s’effondrent, Paris, Seuil, 2014 (rééd. coll. Points, 2016).

Martinez-Gros (Gabriel), L’Empire islamique (VIIe-XIe siècle), Paris, Passés Composés, 2019.

Martinez-Gros (Gabriel), La traîne des empires. Impuissance et religions, Paris, Passés Composés, 2022.

Séance du 8 décembre 2022

Existe-t-il une dominatio spécifiquement impériale ? Quelques réflexions à partir de l’Empire byzantin et du royaume Hauteville de Sicile 

Invitée : Annick Peters-Custot (Professeur d’Histoire du Moyen Âge à Nantes Université)

Bibliographie :

Peters-Custot (Annick), Les Grecs de l’Italie méridionale post-byzantine, IXe – XIVe siècle: une acculturation en douceur, Rome, École française de Rome, 2009.

Peters-Custot (Annick), Bruno en Calabre : histoire d’une fondation monastique dans l’Italie normande : S. Maria de Turri et S. Stefano del Bosco, Rome, École française de Rome, 2014.

Peters-Custot (Annick) dir., L’héritage byzantin en Italie : VIIIe – XIIe siècle, 4 vol., Rome, École française de Rome, 2011-2017

Peters-Custot (Annick) et Madeline (Fanny), « De Guillaume Ier à Roger II de Sicile : autour de l’impérialité des premiers couronnements royaux normands (1066-1130) », Annales de Normandie, 2019/1 (69e année), p. 165-198. https://www.cairn.info/revue-annales-de-normandie-2019-1-page-165.htm

Lignereux (Yann), Messaoudi (Alain), Peters-Custot (Annick) et Wilgaux (Jérôme),  dir., Ethno-géopolitique des empires : de l’Antiquité au monde contemporain, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021.